JARDIN_070  DSC03911  DSC03923 DSC03927

Après avoir visité les Jardins de la Chatonnière à Azay le Rideau, l'idée a germé : Et si je mettais dans mon jardin de l'osier tressé ?
Dans mon petit jardin de ville, j'ai deux murs à camoufler (ceux des deux maisons qui sont en limite de propriété avec nous), les murs étaient bien beaux, tout blancs certes mais complètement disgracieux. L'idée de les cacher derrière l'osier était finalement
LA BONNE IDEE !
Je me suis beaucoup documentée la dessus et finalement au détour d'une fête des plantes dans ma commune, j'ai trouvé mes deux premières bottes d'osier vivant. Mais c'était en avril et déjà trop tard pour les implanter correctement pour qu'ils puissent prendre racine avant l'été et malheureusement mes belles branches d'osier sont toutes mortes les unes après les autres,
Mais je ne me suis pas découragée et finalement tout simplement en jardinerie en hiver, j'ai racheté deux bottes de 50 tiges d'osier d'une très belle couleur et avec l'aide de mon homme, nous avons commencé par couper en biseaux les extrémités qui allaient être mises en terre. puis deux par deux nous avons mis en terre les branches d'osier en les penchant (voir photo ci-dessus à droite) de manière à former un quadrillage en diagonale.
Puis nous avons commencé le long travail du tressage, une fois devant, une fois derrière... et ainsi de suite juste qu'à la fin. Et finalement le résultat était superbe et le mur du voisin camouflé.

Ce qui est très important la première année est d'arroser intensément au pied des brins d'osier, car c'est une plante qui aime bien l'eau, et très vite les racines apparaissent et le brin prend solidement pied dans la terre du jardin. Il faut aussi faire l'implantation de l'osier impérativement entre novembre et mars environ pour qu'il puisse s'enraciner avant sa première apparition de végétation, car l'intérêt de l'osier vivant est qu'au printemps il se couvre de longues feuilles bien brillantes et de nouvelles branches... et perd son aspect de bois mort. On peut d'ailleurs prélever en novembre les longues branches nouvellement poussées pour les mettre en terre quelque part au jardin pour avoir de nouveaux brins d'osier, et ainsi de suite

Et le mise en forme de l'osier est infinie, on peut en faire des bordures de massifs de fleurs, des petits kiosques de verdure, des pare-vents, des claustras... bref l'imagination est au pouvoir !

Osez donc !

DSC01674  DSC01696

Jardins de la Chatonnière, Azay le Rideau Printemps 2003